Addiction

Dès la première consultation, il est primordial de bien connaître la vie quotidienne de l’alcoolique.
A quels moments boit-il ? Seul ou entre amis ? Quelle quantité ? Quel type d’alcool ? Ces informations vont nourrir les suggestions thérapeutiques.

Quant aux éléments plus personnels, il est possible avec l’accord du patient, de les aborder au cours des séances.

Suivant le lieu, en ville ou en hospitalisation, l’hypnose se fait en individuel ou en groupe.

Il faut obtenir l’accord sincère du patient, ce qui n’est pas souvent le cas à l’hôpital où les entrées se font en premier lieu pour cirrhose, delirium tremens, troubles hépatiques. Cependant, l’expérience montre qu’il est possible d’inciter et de décider un alcoolique à l’aide des réunions de groupe, avec les suggestions hypnotiques, et parfois grâce à la présence de la famille qui vient visiter le malade.

Les séances doivent être rapprochées les premières semaines. Deux séances par semaine pour juger de la meilleure stratégie à adopter et des thérapeutiques adjuvantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *